CIVL : Olivier Legrand entend porter haut ses convictions

Olivier Legrand, délégué général du CIVL
Olivier Legrand, délégué général du CIVL, présente la nouvelle plateforme de marque

Le CIVL présentera dans les mois à venir une plateforme de marque rénovée pour accompagner les AOC du Languedoc et les IGP Sud de France. Olivier Legrand, nouveau délégué général aura pour mission de mettre en œuvre ce plan stratégique. Explications…

Vous êtes délégué général depuis le mois de septembre au CIVL. Quelles sont vos missions au sein de l’interprofession ?

Mes missions consistent avant tout, à aider à la mise en œuvre du plan marketing stratégique établi autour d’une nouvelle plateforme de marques, sur laquelle les équipes du CIVL travaillent maintenant depuis plus d’un an. Il s’agit d’une refonte complète de la communication des AOP du Languedoc et des IGP Sud de France, dont l’objectif est d’apporter une nouvelle vision qui soit à la fois distinctive, originale et différente de nos concurrents. J’ai, d’autre part, la charge de fédérer toutes les appellations autour de ce projet en démontrant l’intérêt qu’il représente pour chacune d’entre elles.

Ce projet de plateforme devrait être présenté en début d’année prochaine. Où en êtes-vous exactement ?

La plateforme de marques devrait être opérationnelle dès 2021, malgré toutes les difficultés que nous impose la situation sanitaire. Nous sommes aujourd’hui, dans les dernières étapes du projet et notamment sur la partie marketing opérationnel, avec des réflexions menées autour de la déclinaison de la communication visuelle. Ce point central du projet, devrait ainsi être dévoilé en fin d’années à nos entreprises et rendu public lors du salon Wine Paris, qui se tiendra en début d’année prochaine.

Quel est l’objectif de ce projet, dans les grandes lignes ?

L’idée de cette plateforme de marques, est d’accompagner une vision globale, à travers notamment une nouvelle identité visuelle, et de faire en sorte que celle-ci soit parfaitement cohérente avec l’image de nos vins. Pour s’en assurer, nous avons d’ailleurs réalisé de nombreux tests auprès des professionnels de la filière et des consommateurs. Ce qu’il en ressort est particulièrement intéressant, tout le monde salue en effet le saut qualitatif qui a été réalisé en Languedoc. En outre, et ce n’est pas négligeable, les consommateurs considèrent que nos vins ont un positionnement  identitaire plus clair, en lien avec leurs attentes et aspirations.

Justement, quelles vont être les actions mises en œuvre pour faire connaître cette plateforme du grand public ?

Tout le travail entrepris devrait aboutir à une campagne de communication plus moderne et contemporaine, qui prend certes en compte une nouvelle identité visuelle mais aussi la création de nouveaux contenus pour accompagner la démarche.

En tant que délégué général, vous avez la charge de faire adhérer tous les acteurs de la filière à cette plateforme. Est-ce le cas aujourd’hui ?

Oui, ce projet fait très clairement l’adhésion de tous, y compris du syndicat du Minervois, qui pourtant avait fait part de ses intentions de quitter le CIVL, il y a peu de temps. L’appellation estimait en effet que les actions de promotion et de communication ne correspondaient pas à ses attentes. Or aujourd’hui, elle reconnaît la qualité de la démarche et souhaite en voir les retombées que cela induira à termes. L’ODG du Minervois a d’ailleurs renouvelé son accord auprès du CIVL pour l’année 2021. On sent donc qu’il y a de réelles attentes autour de ce projet. A nous maintenant de proposer un projet concret et qui corresponde véritablement à leurs aspirations.

Comment, à ce titre, répondez-vous aux différentes attentes et besoins des 16 appellations du Languedoc ?

Pour moi, il est essentiel qu’au sein du CIVL, toutes les appellations se sentent écoutées et entendues. C’est à nous ensuite de trouver comment leur répondre et mettre en place des moyens et solutions. Mais il s’agit également d’affirmer des convictions, or, sur ce point je suis déterminé. Je porte haut mes certitudes et suis convaincu de l’efficacité de ce plan marketing, auquel j’adhère profondément. Alors certes, cela demande une certaine pédagogie pour que chacun puisse se fédérer  autour d’intérêts communs.

Il semble également qu’il y ait quelques remous au sein même du CIVL. Qu’en pensez-vous ?

Depuis mon arrivée, je trouve les équipes particulièrement investies dans leurs missions. Toutefois, des tensions peuvent effectivement arriver quand une époque se termine et qu’une nouvelle ère s’ouvre. Ces changements de perspectives induisent forcément des incertitudes et peuvent se traduire par un climat un peu moins serein. Toutefois, c’est aussi mon rôle d’apaiser et d’entraîner les équipes vers une nouvelle vision. L’objectif est de faire en sorte que le travail de chacun prenne du sens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici