Covid-19 : comment s’organise-t-on en Languedoc ?

La filière viticole s'organise en Languedoc face à la pandémie — Photos DR

Comment les vignerons, les producteurs ou encore les cavistes du Languedoc s’adaptent-ils face au virus qui bloque l’économie depuis bientôt deux mois ? quelles sont les solutions, les alternatives, les espoirs ? Témoignages de quatre représentants de la filière viticole…

« Mettre en place rapidement des mesures »

Jérome Despey, président de la Chambre d’agriculture de l’Hérault
La crise sanitaire nous a pris au dépourvu. Personne ne s’attendait à de telles répercussions sur le monde économique. A la Chambre d’agriculture de l’Hérault, nous avons mis en place, dès le début du confinement, une cellule de crise pour prendre en compte l’ensemble des problématiques rencontrées dans les exploitations depuis le début de la crise. Ma priorité est de faire en sorte que les producteurs puissent vendre leur production saisonnière, que ce soient les maraîchers, les éleveurs, les viticulteurs mais aussi les ostréiculteurs ou les manadiers pour lesquels toutes les manifestations sont stoppées. Nous avons également mis en place un plan de continuité des services pour que chaque service prioritaire reste joignable depuis le début du confinement : c’est le cas par exemple pour les dépôts de dossier avec des dates limites comme pour la PAC. Plusieurs fois par semaine, nous cherchons et négocions des solutions avec la préfecture pour sécuriser les filières en souffrance (horticulteurs, conchyliculteurs, …). Tout un travail est mené également pour aider à faire connaître les circuits de proximité et permettre la rencontre entre les producteurs et les consommateurs locaux. Pour cela, nous avons mis en place une carte des producteurs qui continuent à vendre en direct sur leur exploitation et 4 drives fermiers. Et pour la viticulture, qui est très fortement touchée depuis l’automne dernier compte tenu des tensions sur les
marchés internationaux, il est demandé auprès du ministère de l’agriculture l’autorisation d’une distillation volontaire de crise afin que les stocks de 2019 puissent servir des produits dérivatifs.

« Une reprise sur le modèle de la coopération »

Bernard Pallisé, directeur de la cave Castelbarry à Montpeyroux
Même si le secteur viticole, et particulièrement le Midi, a toujours connu des crises, celle qui nous préoccupe actuellement est sans précédent. Car en plus d’être sanitaire, elle touche économiquement et socialement tous les secteurs d’activités dans le monde entier. Cette crise va laisser exsangue les structures les plus fragiles de la filière viticole qui étaient, avant le 16 mars, déjà mises à mal par le Brexit, les taxes Trump USA et l’érosion des ventes des AOP rouge Languedoc. Je suis donc très inquiet et préoccupé pour l’avenir de notre filière. Mais pour rester actif et ne pas subir cette crise de plein fouet, nous avons créé un système de drive pour que la boutique reste ouverte les mercredis et vendredis matin. Heureusement, il subsiste un peu d’activité sur les secteurs Export et GMS, ainsi que sur les circuits courts qui, du coup, démontrent l’intérêt de la solidarité locale et de l’indépendance alimentaire. Dans les vignes, l’activité ne connaît pas le confinement et nos vignerons s’activent pour préparer la récolte 2020, car il y aura un après qui, je l’espère, permettra de tirer les enseignements de cette période de rupture historique. Gageons que la reprise soit au modèle de la coopération, respectueuse, bienveillante et équitable pour en finir avec le système ultra-libéral. Saisissons cette opportunité avec optimisme !

« Créer les outils de demain »

Jean Guizard, président de la Fédération des Cavistes Indépendants et gérant de la cave Mégavins à Mauguio
Je veux rester positif. Avec cette crise, les consommateurs reviennent dans les commerces de proximité et renouent des liens avec les producteurs. Pour garder ces liens, les cavistes ont su s’adapter et être créatif, c’est aussi ce qui est positif dans cette épreuve. Certains ont créé des points de drive « click and collect », d’autres ont organisé un parcours dans leurs boutiques pour assurer les gestes barrières et maintenir quelques heures d’ouvertures. D’autres encore ont malheureusement dû fermer devant le manque d’activité. Mais pour tous, cette crise est particulièrement impactante et laissera sans doute des traces longtemps. Il ne faut pas oublier que les cavistes font face depuis plus un an à une baisse des ventes devant un contexte particulièrement compliqué. Nous avons subi la crise des gilets jaunes, les manifestations sociales en début d’année et maintenant cette crise sanitaire sans précédent. Pour faire face, la fédération des cavistes indépendants a souhaité développer de nouveaux outils et notamment un nouveau site internet « cavisteauthentique.com». Il s’agit d’une plateforme de vente en ligne sur laquelle nous proposons une offre de vins particulièrement large et qualitative. En parallèle,
nous avons créé un consortium afin de développer un « commerce associé » où les cavistes qui en font partie peuvent proposer leurs compétences. Il s’agit d’une sorte de coopérative au service des cavistes mais surtout au service des consommateurs. Enfin, comme l’union fait la force, nous avons souhaité créer une fédération des cavistes indépendants d’Europe. Celle-ci devrait voir le jour dans les prochains mois !

« Inquiets mais encore plus dynamiques »

Sébastien Fillon, président de l’AOC Terrasses du Larzac et vignerons au Clos du Serres à Saint-Jean-de-La-Blaquière
C
omme pour tous, cette période est très déstabilisanteet tous les caveaux de l’appellation sont concernés. Les signaux n’étaient pas bons déjà depuis plusieurs mois au niveau commercial, en particulier à l’export (soubresauts en Chine, gesticulations de Trump qui déstabilisent le marché américain, Brexit qui met tout le monde dans le brouillard). Et maintenant cet épisode brutal : des commercialisations divisées par deux ou trois au minimum. Nous sommes particulièrement inquiets pour nos clients, en particulier les cavistes et les restaurateurs. Toutefois, nous avons une chance par rapport à nos collègues maraîchers ou éleveurs laitiers par exemple, car notre produit n’est pas périssable. Par contre nous sommes encore plus présents dans nos vignes et nous mettons toute notre énergie pour réussir le millésime 2020 !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici