Cave d’Héraclès : des vendanges précoces

Les vendanges commencent tôt à la Cave d'Héraclès

Dans le Gard, la coopérative de la Cave d’Héraclès à Codognan, a ouvert la saison des vendanges le 29 juillet dernier. Explication avec son directeur, Frédéric Saccoman.

Les vendanges ont démarré chez vous très précocement cette année. En quoi est-ce inédit ?

Classiquement, la cave démarre les vendanges entre le 10 et le 15 août, mais cette année nous avons commencé le 29 juillet, soit avec quinze jours d’avance. 
En 2020, nous avions démarré le 31 juillet, ce qui était déjà inédit, mais ce record est désormais tombé. En trois ans, c’est donc la deuxième fois, que cela se répète. C’est plutôt inquiétant pour l’avenir, même si je suis de nature optimiste.

Pourquoi vendanger aussi tôt ?

Nous sommes contraints de vendanger de manière précoce pour garder les mêmes niveaux d’alcool et le même profil de vin, à savoir des vins frais et pas trop élevés en alcool. Or, les muscats que nous avons rentrés fin juillet faisaient déjà entre 10,5 et 11 degrés, donc ils étaient prêts. Mais si traditionnellement ce sont les muscats et les sauvignons qui sont les premiers récoltés, cette année, c’est tout le vignoble qui est en avance. 
C’est bien la preuve que la vigne a eu un cycle très accéléré cette année. Il ne s’agit donc pas de vendanger pour faire la Une de la presse, ni même une cuvée spéciale. C’est la végétation qui nous l’impose !

Justement, qu’est-ce qui détermine que le raisin est prêt ?

Pour le déterminer, il faut vérifier le degré d’acidité et d’alcool qu’il y a dans les raisin. Pour cela, nous faisons régulièrement analyser les grains et les jus, ce qui nous permet d’avoir des indications précises sur les dates optimales de vendanges, en fonction des besoins et des profils de vins que nous voulons faire. Il faut en effet savoir qu’en cette période, une vigne peut prendre entre 1 à 2 degrés par semaine. Donc pour élaborer des muscats ou des sauvignons sur le fruit, avec un peu d’acidité, il faut en général récolter autour de 10,5°. 

Et que vous disent ces premières vendanges quant au millésime ?

Déjà, il y a deux versions complètement différente du millésime, selon le recours ou non à l’irrigation. En ce qui concerne les parcelles irriguées, pour le moment les rendements sont conformes à ce que nous attendions. Les niveaux de sucre et la maturité alcoolique sont eux aussi dans la norme, ce qui laisse présager un millésime plutôt équilibré. Ce qui est plus compliqué à maintenir, du fait de la sécheresse et de la canicule, c’est le niveau d’acidité des vins ainsi que les précurseurs aromatiques. Pour ce qui est des parcelles non irriguées, nous allons droit vers une grande désillusion en terme de rendements. A ce jour, de nombreuses vignes ont déjà décrochées et sont en train de perdre leurs feuilles. Sur la capacité de stockage de 150 000 hectolitres de la cave, ce sera  donc déjà bien si nous parvenons à récolter entre 90 000 à 100 000 hl. Mais si la sécheresse persiste, ces chiffres devront être revus à la baisse. Pire, cela risque de compromettre la mise en réserve de la vigne et donc le prochain millésime.

Depuis quand observez-vous cette sécheresse sur le vignoble ? Et de quels moyens disposez-vous pour y faire face ?

Cet hiver, nous avons enregistré à peine 130 mm de pluie sur le territoire. C’est trois fois moins que d’habitude. Or, avec le bouleversement climatique, ce phénomène d’intense sécheresse deviendra certainement récurrent dans les prochaines décennies. C’est pourquoi, à la cave d’Héraclès, nous nous intéressons de très près aux cépages résistants. Même si pour être très claire, il n’existe pas de cépage magique, capable de faire tout à la fois : débourrer tardivement pour éviter le gel, produire en qualité et en quantité des jus intéressants, être peu gourmand en eau et résistant aux maladies. En outre, le recours à de nouvelles variétés implique de faire évoluer les mentalités et d’éduquer les consommateurs à de nouveaux goût. Or, cela prend du temps.

Un autre enjeu majeur de la viticulture est aujourd’hui l’accès à l’eau. Quelles sont les solutions que vous proposez ?

A notre petite échelle, nous réfléchissons d’ores et déjà à de nouvelles pratiques. On peut en effet accuser les gens d’utiliser trop d’eau mais nous devons également assumer nos propres responsabilités et mettre en place des solutions plus vertueuses. Par exemple, à la cave d’Héraclès, nous avons créé il y a quelques temps, des bassins pour récupérer et laisser s’évaporer les eaux dites “industrielles”. Aujourd’hui, nous réfléchissons à retraiter ces eaux usagées afin de les réutiliser pour un usage agricole. Un dossier a été déposé à l’Agence de l’eau et nous espérons que le dispositif soit mis en place dès 2023.

La Cave d’Héraclès est le premier vignoble bio de France avec une surface de 1250 hectares de vignes et une production engagée à 100% en Agriculture Biologique.

Article précédent“Aude aux Vins” la marque qui fait rayonner les vins IGP de l’Aude
Article suivantRetour des touristes étrangers et fidélité des français en Occitanie

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici