IGP pays d’Hérault : des vins résolument modernes

La terroir de l'IGP de Hérault : à la fois moderne et traditionnel

Deuxième département viticole de France et quatrième département touristique, l’Hérault mise sur une production de vins IGP de qualité et d’une grande diversité.

Avec un vignoble de 86 100 hectares, l’Hérault est le deuxième département viticole de France (11% de la superficie viticole nationale). « Ici, le vignoble s’étend, sur  plus de la moitié de la surface agricole soit  16% de la surface totale du département » précise Jean-Michel Sagnier, président de la fédération IGP 34.

Une économie étroitement liée à la viticulture

Terroir viticole historique, le vin est, aujourd’hui encore, un véritable pilier économique. « L’activité viticole représente 67 % du chiffre d’affaires de l’agriculture du département et  35% du chiffre d’affaires viticole de la région » souligne Jean-Michel Sagnier.
Plus des deux tiers des communes de l’Hérault ont en effet une vocation viticole. Le département compte par ailleurs une multitude de petits et moyens domaines, des caves coopératives ou particulières. Au total, 7 800 exploitations viticoles,  1300 caves particulières et 161 caves coopératives sont recensées.

Un vignoble particulièrement vaste

Dans le département, les IGP  recouvrent près des deux tiers de la surface en production. « Le territoire de l’IGP Pays d’Hérault est particulièrement vaste. Il s’étend des premiers contreforts du massif central aux zones littorales faites de plages et d’étangs. Il présente ainsi une grande variété de sols, avec pour les plus représentatifs, les schistes acides des hauts de coteaux, les sols calcaires des plateaux et plaines viticoles ainsi que les terrasses alluviales » explique Jean-Michel Sagnier.

La plus grande diversité des IGP de France

Comme leur nom l’indique, ces vins à indication géographique protégée proviennent exclusivement du département de l’Hérault. «  Il existe ainsi une seule IGP départementale, l’IGP Pays d’Hérault, mais celle-ci peut être complétée par 7 IGP de territoire qui mettent en avant les particularités des paysages, de la nature ou encore du patrimoine héraultais. Il s’agit des IGP Coteaux d’Ensérune, Coteaux de Béziers, Côtes de Thongue, Côtes de Thau, Haute vallée de l’Orb, Vicomté d’Aumelas ou encore Saint-Guilhem-le-Désert » précise Jean-Michel Sagnier.
Les vins de l’Hérault peuvent également être complétés par les mentions de zones telles que : Val de Montferrand, Mont Baudille, Côtes du Ceressou, Monts de la Grange, Coteaux de Murviel, Coteaux de Laurens, la Bénovie, Cassan, Coteaux de Bessilles, Côtes du Brian, Cessenon, Coteaux du Salagou, Collines de la Moure, Caux, Coteaux de Fontcaude, Bessan ou Bérange, .« Le territoire offre ainsi la plus grande diversité de vins à indications géographiques de France ! » souligne Jean-Michel Sagnier.

Un encépagement qualitatif

Une diversité qui n’a d’égal que la diversité des cépages. « L’Hérault a connu une transformation profonde de sa viticulture. Historiquement orientés vers la production de vin de consommation courante, les vignerons ont su, ici plus qu’ailleurs, évoluer pour s’adapter à la demande » note le président de la fédération IGP 34.
Depuis une trentaine d’année, le vignoble a ainsi connu une véritable métamorphose avec une ré-encépagement total. « Les cépages traditionnels de la région tels que le grenache, carignan, cinsault, mourvèdre, ont été conservés mais l’implantation de cépages issus d’autres vignobles français comme le merlot, cabernet-sauvignon, syrah, chardonnay, a permis de diversifier la gamme, tout en maintenant la qualité liée à la notoriété des vins IGP Pays d’Hérault » explique Jean-Michel Sagnier.

Des vins aux profils variés

Aujourd’hui, les vins IGP Pays d’Hérault présentent des profils sensoriels et aromatiques très variés. « L’IGP se décline dans les trois couleurs. Les vins rouges sont majoritaires et représentent 70% de la production. Nous produisons également des vins blancs et rosés, lesquels sont d’ailleurs en plein essor » souligne Jean-Michel Sagnier, tout en précisant : « les vins peuvent être issus de cépages uniques ou d’assemblages, avec pour résultat des vins rouges aux arômes harmonieux et équilibrés, à la fois ronds, frais et fruités et des vins blancs et rosés légers et croquants ».

Des vins résolument modernes

Pour le président de la fédération IGP 34  « Les vins de l’IGP Pays d’Hérault sont résolument modernes et correspondent aux nouvelles tendances de consommations. Il faut dire que les vignerons font preuve de beaucoup de créativité » souligne Jean-Michel Sagnier.  
Des vignerons qui doivent être salués pour « leur volonté d’entreprendre le virage du bio » assure le président, rappelant que « l’Hérault est le premier producteur de vins bio en France. Les vins d’ici collent donc parfaitement aux tendances sociétales actuelles ».

Un œnotourisme en plein développement

Outre leur engagement en faveur de l’environnement, les vignerons de l’IGP Pays d’Hérault ont également compris l’enjeu que représentait l’oenotourism, en terme économique mais aussi de communication. « L’activité oentouristique est ici en plein développement depuis plus d’une dizaine d’année et contribue largement à la réputation grandissante de l’IGP Pays d’Hérault » conclut  Jean-Michel Sagnier.

Deuxième département viticole de France et quatrième département touristique, l’Hérault mise sur une production de qualité autant que sur la rencontre avec les producteurs, qui sont de véritables “artisans vignerons”, pour devenir la destination œnotouristique leader en Europe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici