Muscat de Frontignan : de l’or en bouteille !

Terroir du Muscat de Frontignan
Le Muscat de Frontignan : de l'or en bouteilles !

Une situation idéale

Le muscat de Frontignan est un vin doux naturel d’Appellation d’Origine Contrôlée produit sur les deux communes de Frontignan et de Vic-la-Gardiole, dans le département de l’Hérault.  Une grande partie du vignoble, délimité par les étangs, se situe en bordure de la mer Méditerranée. Puis, le paysage s’élève doucement par une succession de coteaux et plateaux calcaires jusqu’au pied du massif de la Gardiole, qui protège fièrement quelques dernières vignes. Pour Jean-Denis Ferrières président du syndicat du Muscat de Frontignan, cette situation entre littoral et collines comporte de nombreux avantages culturaux. « Les vignes profitent au maximum du soleil et de la fraîcheur du “marin” qui, saturé d’humidité remplace une pluviométrie généralement faible. Et le vignoble est abrité des violentes rafales du Mistral et de la Tramontane par l’écran du massif de la Gardiole, qui protège également les vignes des brusques gelées ».

Un seul cépage : le muscat à petit grain

Ici, un seul cépage est autorisé, le muscat blanc à petits grains, dit muscat de Frontignan. Il produit des vins liquoreux à la robe jaune or et aux arômes très prononcés de raisin, de citron, de litchi ou encore de fruits exotiques. « Pour obtenir un tel résultat explosif en bouche, les vendanges sont manuelles et tardives. Le raisin doit en effet être vendangé à un certain degré de surmaturité, au moment où le taux de sucre est optimal » explique Jean-Denis Ferrières.

Le procédé utilisé pour produire le muscat de Frontignan, comme tout vin doux naturel, est le mutage. Découverte par Arnaud de Villeneuve, célèbre médecin, cette méthode consiste à arrêter la fermentation par adjonction d’alcool, pour stopper l’action des levures et par conséquent permettre au vin de conserver une partie de ses sucres naturels.

La naissance des premières bouteilles

La culture du muscat de Frontignan apparaît de façon certaine dans les archives au cours du Moyen-Âge. « Le texte le plus ancien retrouvé faisant état de vignes à Frontignan, serait une charte d’Hugues Capet » remarque le président du syndicat. A compter du 16e siècle, les producteurs de muscat de Frontignan profitent du dynamisme des ports de Sète, fondé en 1666, et du Canal du Midi pour exporter leur précieux nectar partout en Europe. « Le Muscat de Frontignan a été très tôt commercialisé du fait de sa grande renommée. D’abord transporté en tonneaux, il est un des premiers vins à être vendu en bouteille de verre au début du 17ème siècle, bien avant les vins de Bordeaux ou de Bourgogne » souligne Jean-Denis Ferrières . C’est sans-doute pour cette raison que la première bouteille de forme cylindrique, connue dans le sud sous le nom de “Bordelaise”,  est répertoriée à Bordeaux sous le nom de “Frontignan”.

Une des premières AOC de France

Les vignerons de Frontignan ont très vite cherché à préserver la qualité de leur célèbre muscat. Dès le 17e siècle, apparaissent les premières mesures de protection : la date de début des vendanges et la façon de récolter les raisins sont fixés par les consuls de la ville. Cette volonté constante de garantir la qualité du muscat de Frontignan aboutit dans les années 1930 à la création d’une commission de défense du cru, chargée d’établir une liste des critères définissant le muscat de Frontignan. Sont ainsi notamment précisés l’aire géographique, l’encépagement, le mode de culture et taille de la vigne, le rendement et le degré maximum d’apport du raisin ou encore la vinification… « Ce travail préparatoire et cette volonté des vignerons de se distinguer a permis au Muscat de Frontignan d’être reconnu AOC dès le 31 mars 1936. C’est donc l’une des plus anciennes appellations de France » remarque Jean-Denis Ferrières.

Une bouteille reconnaissable entre toutes

Au début du 20e siècle, les producteurs de Muscat de Frontignan, soucieux de leur image de marque, cherchent une bouteille distinctive et optent pour “la bouteille cannelée avec écusson”. Le décret du 31 mars 1936 (qui consacre le classement du Muscat de Frontignan en AOC) entérine cette utilisation. La célèbre “Torsadée” est née …

La légende raconte que cette forme en spirale serait le fait d’Hercule qui, de passage à Frontignan, goûta une gorgée de Muscat et la trouvant fort à son goût but goulûment toute la bouteille, jusqu’à la tordre pour en extraire les dernières gouttes…

Une large diversité des produits

Au milieu des années 90, les producteurs de Muscat de Frontignan entreprennent une ambitieuse politique de diversification à partir du cépage unique : jus de raisin, muscat sec, moelleux, vins de liqueur, vendanges tardives, effervescents blancs et rosés… « Historiquement on a également à Frontignan des traces de culture de muscat à petits grains noirs. Mais malheureusement ce cépage s’est perdu et n’a pas été inscrit au décret de 1936. Aujourd’hui nous souhaitons le réintroduire et depuis deux ans nous le cultivons à nouveau. L’objectif à terme est de proposer une gamme de vins rouges » conclut le président du syndicat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici