Les vins de l’Hérault ont un véritable potentiel de garde !

Les vins de l'Hérault ont un excellent potentiel de garde

Initiative unique en France, le Département de l’Hérault a lancé en 2012 un observatoire viticole pour évaluer le potentiel de garde des vins héraultais. L’objectif, valoriser le travail mené depuis 30 ans par les viticulteurs. Zoom.

Saviez-vous que le majestueux bâtiment des archives départementales de Pierres-Vives à Montpellier abritait un véritable trésor ? Dans les sous-sols, à sept mètres sous terre exactement, c’est toute la mémoire des vins de l’Hérault qui est conservée…
Depuis 2012, le site abrite en effet une œnothèque, première du genre en France ! « Il s’agit d’une cave d’environ 14m², aménagée en Pierres de Beaulieu, qui répond parfaitement aux critères techniques nécessaires au vieillissement. Le lieu offre en effet des conditions optimales de conservation : température à 16°C et hygrométrie à 60% » précise Gisèle Soteras, responsable du site et de l’observatoire viticole du département.

Une expérimentation inédite 

L’espace recèle ainsi quelques 172 références de vins rouges, soit plus de 2300 bouteilles. « Pour ce projet, le Département a lancé un appel à candidature pour acquérir auprès des domaines particuliers et caves coopératives des cuvées considérées comme ayant une belle capacité de vieillissement. Trois millésimes sont ainsi concernés par l’étude, 2009, 2012 et 2013 » ajoute Gisèle Soteras.
Outre le nombre d’échantillons, l’œnothèque est aujourd’hui une opération unique en France et en Europe car elle intègre l’ensemble des zones viticoles du Département. « L’originalité de l’expérimentation, c’est qu’elle s’adresse à l’ensemble des vins du territoire. Toutes les appellations et indications géographiques sont représentées. C’est toute la production du département qui est donc archivée et gardée en mémoire » souligne la responsable.

Une analyse régulière des vins conservés 

Chaque année, une commission de dégustation regroupant plus de trente experts (sommeliers, œnologues, dégustateurs et chercheurs) se réunit pour évaluer à l’aveugle 50% des vins conservés.
« L’ensemble des échantillons est ainsi dégusté tous les deux ans, d’après une fiche de dégustation très précise. L’objectif est d’estimer leurs potentiels de garde : est-ce qu’il faut boire ce vin car il est arrivé à sa limite de conservation ? Est-ce qu’il est sur le déclin ? Ou a-t-il encore un potentiel de garde plus ou moins important ? » précise Gisèle Soteras. Les fiches de dégustations sont ensuite analysées par l’Observatoire viticole Départemental.

Des résultats impressionnants 

Les résultats majeurs de cette analyse sont les suivants : plus de dix ans après leur mise en cave, 80% des vins conservés par l’oenothèque ont encore un potentiel de vieillissement avéré. « Ces résultats sont plus que probants et viennent confirmer ce que nous soupçonnions déjà : les vins de l’Hérault sont définitivement des vins à haut potentiel de garde. Dès lors qu’ils sont conservés dans des conditions optimales, ils évoluent certes au fil du temps, mais principalement pour se bonifier et gagner en qualité. Nous allons donc continuer de les évaluer, car ce projet n’a pas de date buttoir, si ce n’est, qu’à un moment donné nous manquerons d’échantillons! L’objectif n’étant d’ailleurs pas de tout déguster, mais bien de conserver ce trésor en mémoire » conclut la responsable de l’observatoire viticole.

Généralement organisée en novembre, la commission n’a pas pu se réunir en 2020, suite au contexte sanitaire. Pour ne pas fausser les résultats, il a dont été décidé de réunir exceptionnellement les experts 2020 en janvier 2021. « Il a également été décidé d’en modifier le format. Désormais les dégustateurs peuvent échanger entre eux et mettre en commun leurs appréciations » explique Gisèle Soteras.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici