CCVH : le nouveau président entend relever de nombreux défis

Grégory Bro et Jean-François Soto, CCVH
Grégory Bro et Jean-François Soto

Jean-François Soto, maire de Gignac et conseiller départemental, a été élu président de la Communauté de communes Vallée de l’Hérault le 8 juillet dernier. Six mois de présidence bouleversés par le Covid, mais également placés sous le signe de l’investissement…

L’année 2020 aura été marquée pour les habitants de la communauté de communes Vallée de l’Hérault et du Pays Cœur d’Hérault par l’arrivée de Jean-François Soto, maire de Gignac et conseiller départemental. Il remplace après 22 ans de mandats, le président Louis Villaret.

Répondre aux multiples besoins des habitants

Et le travail ne manque pas pour répondre aux défis de l’avenir et anticiper les besoins de cette population en augmentation constante, qui atteint aujourd’hui les 40 201 habitants (Insee 2020).
En s’appuyant sur le projet de territoire concerté « La Vallée 3D », le nouveau président souhaite « équilibrer et structurer le territoire pour accueillir les nouveaux habitants ».
Parmi les nombreux projets, la réalisation du futur éco-quartier Cosmos à Gignac, qui représentera entre 150 et 200 logements, mais aussi l’aménagement du Lycée Simone Veil à Gignac qui a ouvert ses portes en septembre dernier, et qui devrait accueillir 1200 élèves d’ici trois ans. Deux chantiers qui ont nécessité « l’aménagement de voiries et réseaux ainsi qu’un échange multimodal et une passerelle sur l’A750 pour un montant de 3 million d’euros » précise le président.
Le patrimoine et la culture occupent également une grande place dans le projet de territoire de la CCVH, à travers notamment la réhabilitation de l’Abbaye d’Aniane. Le sport n’est pas en reste, avec la future Halle des Sports, mais aussi la labellisation “ Terre de jeux 2024 ”. «Tous ces projets, placés les uns à côté des autres, représentent près de 20 millions d’euros du budget principal de la CCVH » souligne l’élu.

Faire face au défi sanitaire

Autre priorité et pas des moindres, faire face à la crise du covid-19. La vallée de l’Hérault relève ainsi le défi sanitaire en misant notamment sur un nouveau centre de vaccination local. Implantée à Gignac, cette structure « est en capacité d’honorer toutes les demandes de la population. Plusieurs centres de test antigéniques ont parallèlement vu le jour sur Montarnaud, Aniane, Gignac, Saint-Pargoire et sur Saint-André-de-Sangonis ». Ces nouvelles plateformes sanitaires s’inscrivent dans la continuité des travaux menés pour la réalisation du pôle santé pluridisciplinaire de la Vallée de l’Hérault, d’un montant de 6 millions d’euros. Celui-ci devrait voir le jour fin 2021.

Soutenir les entreprises et commerces

Jean-François Soto rappelle que « la pandémie a également des effets notables sur toute l’économie du territoire. Nous menons, à ce titre, un plan d’urgence pour les entreprises. Au 31 décembre 2020, plus de 1 million d’euros d’aides ont ainsi été versés aux entreprises les plus fragilisées. Nous proposons également un plan d’exonération des loyers ». A travers ces mesures d’accompagnement, il s’agit de mener une politique active de soutien à l’emploi et à la dynamique du territoire. « L’aménagement de la Zac La Croix à Gignac est l’une des réponses du territoire de la Vallée de l’Hérault pour maintenir et développer de l’activité au sein du territoire. Ce projet a d’ailleurs déjà permis l’implantation d’une quarantaine d’entreprises ».

L’enjeu majeur de la viticulture

Avec l’arrivée de Jean-François Soto, pas moins de 14 vice-présidents et 8 conseillers délégués ont également été élus pour constituer un exécutif élargi autour du nouveau président de la CCVH. Grégory Bro, maire de Saint-Bauzille-de-la-Sylve et jeune vigneron a ainsi pris en charge la commission dédiée à la viticulture. Sa première ambition, « développer l’œnotourisme en insufflant de nouvelles impulsions mais également en valorisant les initiatives. L’objectif est de structurer les projets mais aussi les démarches existantes, pour proposer une offre globale attractive ».
Le foncier est également un sujet prioritaire pour cette nouvelle commission. « De par le fort développement que connaît l’intercommunalité, il devient difficile d’acquérir du foncier. L’idée est donc que la CCVH fasse valoir son droit de préemption afin de créer et préserver de nouveaux espaces viticoles. Dans un premier temps, il pourrait s’agir de deux à trois hectares, mais cette démarche pourra évoluer en fonction des besoins. L’objectif, à travers cela, est des rester une terre d’accueil pour les jeunes vignerons qui souhaitent s’installer » précise Grégory Bro.

Préserver la biodiversité des vignobles

L’intercommunalité travaille également sur de nouveaux projets environnementaux avec pour principale préoccupation, la préservation de la biodiversité au sein des parcelles viticoles. Ainsi, parmi 30 dossiers déposés en Région, la Communauté de communes Vallée de l’Hérault fait partie des 12 lauréats sélectionnés en Occitanie pour l’appel à projets de “ l’Atlas de la biodiversité communale ” porté par l’Office français de la biodiversité (OFB). « La communauté de communes va ainsi percevoir une aide de 80 000 € de l’OFB, soit 51% du montant total du projet, pour mettre en œuvre, avec les habitants et les associations locales spécialisées, des inventaires de la biodiversité sur le territoire intercommunal, en particulier dans le milieu de la plaine viticole qui représente l’identité de la vallée de l’Hérault » souligne Grégory Bro.

Une nouvelle formule pour le concours des vins

La nouvelle équipe en charge de la viticulture s’est également penchée sur une nouvelle formule du concours des vins de la Vallée de l’Hérault, qui fait rayonner les vins du territoire depuis plus de trente ans. « Il était fondamental de le faire évoluer afin qu’il corresponde davantage aux besoins des producteurs. Il a donc été décidé de réunir le jury dorénavant sur deux jours, dans les sites classés oenotouristiques du territoire, afin de les promouvoir. La prochaine édition du concours se tiendra ainsi les 22 et 23 avril au Château Bas d’Aumelas. La remise des prix sera par ailleurs organisée sous forme d’un salon des vins mettant à l’honneur les producteurs participants. Celui-ci sera ouvert bien entendu au public et à la population locale » explique Grégory Bro.
A noter que Louis Villaret sera le président d’honneur de ce nouveau concours.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici