Isabelle Vermorel, nouvelle directrice des Grés de Montpellier

Isabelle Velmorel, nouvelle directrice des Grés de Montpellier

Le Syndicat des Grés de Montpellier vient de nommer Isabelle Vermorel en tant que nouvelle directrice. Elle succède à Alexandre Thouroude qui occupait ce poste depuis 2015. Présentation.

Montpelliéraine, Isabelle Vermorel bénéficie de plus de vingt ans d’expérience dans le secteur viticole. D’abord dans des fonctions commerciales en cave particulière au château de La Tuilerie à Nîmes, puis dans le négoce du vin chez Moncigale (groupe Marie Brizard) à Beaucaire. En 2007, elle rejoint le groupe coopératif Vinadeis à Narbonne et se voit confier la direction de la communication et de l’évènementiel, « poste qui m’a permis durant dix ans de porter d’importants projets, notamment le changement d’identité Val d’Orbieu/Vinadeis. J’ai également participé au projet d’ouverture du capital de la holding Val d’Orbieu à la coopérative agroalimentaire InVivo, qui comprend notamment les magasins Jardiland et Gamm Vert, et qui souhaitait investir dans la filière viticole. J’ai fini par intégrer ce groupe coopératif agricole en 2017, avec pour mission de piloter la communication et le développement marketing du nouveau pôle d’activité dédié au vin : InVivo Wine » explique-t-elle.

Vers une nouvelle aventure…

Au mois de mars dernier, Isabelle quitte le groupe InVivo, avec un tout nouveau projet en tête, celui de rejoindre “Les premières”, réseau national d’aide à l’entreprenariat, et d’ouvrir ainsi une antenne à Montpellier. « Les Premières est un réseau qui accompagne les femmes  dans la création et le développement de leurs entreprises innovantes » précise-t-elle.
Sa mission bien engagée, elle est alors pressentie pour rejoindre le syndicat des Grés de Montpellier et prendre la succession d’Alexandre Thouroude, qui aspirait de son côté à devenir vigneron. « Mon profil polyvalent a été un véritable atout, car j’ai une connaissance fine du négoce, de la production et des caves particulières. Mon bagage dans la filière viticole, et plus particulièrement dans la communication et le marketing, a fini de peser dans la balance. Le principal enjeu pour la dénomination des Grés de Montpellier est en effet de promouvoir et valoriser son image pour gagner encore plus en notoriété ».

Faire rayonner l’appellation

C’est d’ailleurs la priorité d’Isabelle, qui entend « faire briller et valoriser cette appellation comme elle le mérite. Nous disposons pour cela de plusieurs leviers orientés vers les consommateurs, notamment la fameuse “Balade des Grés” que nous espérons pouvoir réitérer cette année. Il s’agit également d’optimiser les outils numériques en renforçant notre visibilité sur les réseaux sociaux. Une page Linkedin vient d’ailleurs d’être créée et le site internet devrait être prochainement repensé. Nous réfléchissions également à amplifier notre rayonnement auprès des cavistes nationaux à travers, pourquoi pas, une opération sur Paris » explique la directrice. Une mise en lumière d’autant plus légitime que « les Grés de Montpellier font partie des cinq appellations qui portent le Languedoc. Il est donc essentiel de poursuivre la démarche de valorisation portée par les vignerons au travers du syndicat ».

Valoriser des vins de qualité

Et pour faire rayonner l’appellation, quels meilleurs ambassadeurs sinon les vins eux-mêmes ? « Les vins des Grés de Montpellier se distinguent par des tanins fins et soyeux, ainsi que des arômes très marqués de fruits rouges, de griotte et de garrigue. Ils offrent une bouche ample et généreuse et un parfait équilibre, entre puissance et élégance, qui caractérise véritablement cette appellation ».

A noter que la dénomination Grés de Montpellier produit exclusivement des vins rouges, issus d’assemblages de trois cépages : grenache, mourvèdre, syrah, avec le carignan comme cépage complémentaire.

Développer et renforcer l’œnotourisme

Autre outil de promotion et de valorisation, l’oenotourisme, « qui constitue un formidable levier d’attractivité pour notre territoire » rappelle Isabelle, soulignant le nombre grandissant « d’initiatives sur nos domaines. L’idée est donc de les fédérer au niveau du syndicat et de créer ainsi une dynamique commune ». Il faut dire que l’appellation ne manque pas d’atouts. « Le terroir des Grés de Montpellier possède de véritables trésors, tant en termes de paysages que de patrimoine, au travers notamment des “Folies Montpelliéraines” comme le Château de Flaugergues ou le Château de l’Engarran. Au niveau identitaire, nous sommes la seule appellation à bénéficier d’autant d’attributs historiques. C’est une véritable richesse à exploiter et mettre en lumière » souligne Isabelle.

En route vers l’AOC

Autre mission et non des moindres, l’accompagnement du développement de la future AOC est un enjeu majeur pour Isabelle Vermorel. « La démarche de reconnaissance de l’AOC Languedoc Grés de Montpellier est en bonne voie, même si la crise du Covid a ralenti les choses. Nous sommes en train de finaliser la constitution du dossier qui devrait être transmis à l’INAO au printemps prochain. Reste à désigner le collège de dégustateurs afin de mettre en place les contrôles en interne. Après quoi, nous espérons recevoir la commission d’enquête à la fin de l’année pour un aboutissement dès 2022 ».
La demande de reconnaissance a été entreprise en décembre 2017 par Olivier Durand, président du syndicat viticole des Grés de Montpellier. « Je salue d’ailleurs tout le travail réalisé depuis près de vingt ans pour en arriver là » souligne la directrice.

La plus grande des dénominations AOC Languedoc
Reconnue en 2002, la dénomination AOC Languedoc Grés de Montpellier réunit 58 vignerons en caves particulières et 2 coopératives, répartis sur 46 communes, de Montagnac à Lunel. « Le vignoble est limité par la vallée de l’Hérault à l’ouest, par le territoire du Pic Saint-Loup au nord, par la vallée du Vidourle à l’est et par le littoral au sud. C’est la plus grande des dénominations AOC Languedoc, avec une superficie de 12 000 hectares, dont 1 000 peuvent revendiquer l’AOC Grés-de-Montpellier » explique Olivier Durand, président du syndicat de l’AOC Grés de Montpellier. 72% des vignerons sont par ailleurs engagés dans une démarche environnementale et plus de 50% sont déjà certifiés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici