Christophe Bousquet, nouveau président du CIVL

Christophe Bousquet, nouveau président du CIVL

Christophe Bousquet, président de l’ODG La Clape, prend la présidence du Conseil interprofessionnel des vins du Languedoc (CIVL). Il succède à Miren de Lorgeril, vigneronne et négociante qui a présidé l’organisme durant trois ans.

L’élection du nouveau président du CIVL s’est tenue le 2 juillet dernier. C’est Christophe Bousquet, président de l’ODG La Clape, qui succède à Miren de Lorgeril, qui représentait le collège du négoce depuis trois ans. Suivant la règle de l’alternance, il incarne à son tour pour trois années, le collège des producteurs.

Une élection plutôt houleuse

Très attendue, l’élection ne s’est toutefois pas déroulée dans la sérénité. Les représentants de quatre ODG n’ont pas souhaité participer au vote : Corbières, dont le président Olivier Verdale était également candidat à la présidence, Fitou, Malepère et Faugères. Ils considèrent que le vote a été biaisé en raison de l’éviction des metteurs en marché directs du collège du négoce.
Particularité languedocienne, les producteurs metteurs en marché direct (qui commercialisent eux-mêmes plus de 50 % de leur production) siègent en effet au sein du collège des négociants depuis près de 23 ans et détiennent 30 % des sièges alloués à ce collège. Une singularité que l’UEVM (Union des Entreprises Viticoles Méditerranéennes) a décidé de remettre en cause, estimant que ces producteurs, qui n’ont pas le statut de commerçants, n’ont pas à siéger parmi les négociants et perturbent la parité entre négoce et production.

Rassembler pour avancer

A peine arrivé, Christophe Bousquet a ainsi déjà pour mission de rassembler et fédérer l’ensemble des professionnels. « J’aurais préféré être élu dans des conditions plus apaisées, mais je vais tenter de ramener tout le monde autour de la table. Il nous faut avancer tous ensemble. Mon élection intervient à un moment de transition nécessaire pour l’interprofession, mais également à un moment de forte tension pour les appellations. Celles-ci ont plus que jamais besoin de la dynamique collective de l’interprofession pour gagner en visibilité et retrouver une impulsion économique » indique-t-il.

Continuer le travail entrepris

Un véritable enjeu, initié sous la présidence de Miren de Lorgeril, à travers notamment une campagne de communication inédite dévoilée cet été : “Les vins du Languedoc, l’instinct partagé”. « J’ai moi-même participé à ce travail de concertation en tant que membre du conseil d’administration du CIVL. J’ai vu les efforts déployés par une équipe renouvelée et très engagée, et assisté à la naissance de ce projet. Dans l’ensemble, je trouve que c’est une belle proposition » affirme le président qui s’inscrit dans la continuité du mandat Miren de Lorgeril. « Le but est de continuer et de ne pas défaire ce qui a été entrepris ».

De nombreux défis à relever

Il faut dire que le président fait déjà face à de nombreux défis : baisse de la consommation des vins rouges, crise sanitaire sans précédent, perte de parts de marché, dérèglement climatique… « La filière viticole fait aujourd’hui face à des perturbations de toutes sortes, auxquelles il faut répondre point par point » précise Christophe Bousquet, pour qui le changement climatique fait partie des sujets prioritaires. « Il faut, sur ce sujet en particulier, continuer de mener des réflexions commune avec les ODG qui sont en lien étroit avec leurs terroirs, mais également avec tous les professionnels. Il est urgent que toute la filière se mobilise. Le CIVL a d’ailleurs déjà tissé de nombreux partenariats qui ont permis d’avancer sur des éléments cruciaux tels que les cépages résistants » rappelle le président, qui souhaite que l’interprofession « continue à s’investir et à affirmer son leadership sur les sujets de recherche et développement vitaux pour la filière viticole languedocienne, et à coordonner et valoriser les initiatives menées par les appellations et les entreprises ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici