Stéphanie Daumas prend la direction du syndicat de l’AOC Languedoc

Stéphanie Daumas, nouvelle directrice du syndicat de l'AOC Languedoc
Stéphanie Daumas, nouvelle directrice du syndicat de l'AOC Languedoc

Depuis le 1er octobre dernier, Stéphanie Daumas est la nouvelle directrice du syndicat de l’AOC Languedoc. Présentation…

À 41 ans, Stéphanie Daumas vient tout juste de rejoindre le syndicat de l’AOC Languedoc en tant que directrice.

Le goût du vin et du terroir

Fille et femme de vignerons, elle ne se destinait toutefois pas à faire carrière dans ce secteur. « Quand j’étais petite, mes parents étaient très pris par leur activité. Véritables passionnés, ils se sont beaucoup investis pour créer leur cave particulière à Saze, en Côtes du Rhône gardoises. De mon côté, je ne voyais que le côté exigeant et parfois dévorant de leur métier. Mais même si je n’ai pas pris la relève, ils ont su me transmettre le goût du vin et du terroir » raconte-t-elle. 
La jeune femme entreprendra d’ailleurs des études d’œnologie à Montpellier. Elle obtiendra par la suite un master de droit de la vigne et du vin à l’université du Vin de Suze-la-Rousse, complété par une spécialisation en qualité. « Une fois mes diplômes en poche, j’ai travaillé comme directrice technique puis directrice au sein de la cave coopérative Victor Contis, à Saint-Victor-la-Coste, dans le Gard. Il s’agissait d’une entité qui pouvait produire jusqu’à 80.000 hectolitres. J’y ai donc beaucoup appris ».

Déjà très active dans le milieu syndical

Après cette première expérience particulièrement enrichissante, Stéphanie découvre en 2008, une autre approche de la viticulture au sein du domaine Vieille Julienne à Châteauneuf du Pape. « Il s’agissait déjà à l’époque d’un domaine à forte notoriété, très attaché à son terroir et au respect de l’environnement ».
Dans la lignée de cette philosophie, précise-telle, « j’ai participé avec le dirigeant, acteur majeur de la biodynamie à la création de la nouvelle gamme Doumen ».
Quelques années plus tard, en 2011, Stéphanie Daumas rejoint le syndicat des vins IGP Vaucluse en tant que directrice. « J’ai découvert un syndicat véritablement attaché à la mutualisation de service, de moyens et de compétences et qui n’hésitait pas travailler en étroite collaboration avec les autres ODG ce qui permettait d’être actif et fédérateur sur de nombreux sujets communs ». 
Souhaitant relever de nouveaux défis, Stéphanie quitte le milieu syndical en 2014 pour le négoce, en tant que responsable d’une structure de vinification, filiale d’un groupe de négoce. Suite à la reprise du groupe dans laquelle se trouvait cette structure, le nouvel actionnaire lui offre le alors le poste de directrice déléguée.

L’humain au cœur des préoccupations

Ces multiples expériences et sa détermination, la nouvelle responsable entend bien les mettre à profit de son nouveau poste. À la tête du syndicat, elle a notamment pour mission de conforter le développement de l’appellation régionale face aux évolutions sociétales et environnementales.
Sa priorité ? « Que tous les vignerons qui produisent des vins en AOC Languedoc puissent vivre de leur travail, se développer et investir…. Pour cela, nous devons tout mettre en œuvre pour assurer le rayonnement de l’AOC Languedoc et de ses dénominations ainsi qu’accéder à une reconnaissance créatrice de valeur pour nos vignerons. Mon autre souhait est aussi de recréer du lien après cette période profondément bouleversée. Pour cela, nous allons pouvoir compter sur le prochain grand salon régional de Montpellier “Déguster en VO” en mars prochain, mais également sur la communication interne, pour nous adresser davantage et plus souvent à nos vignerons. L’humain est en effet au cœur de mes préoccupations » souligne la directrice. 
Autre chantier et pas des moindres, « la défense de nos appellations et de nos terroirs, mais aussi de notre nom. Autant de défis que je suis fière de relever. Pour moi, « Languedoc » est en effet un terroir de grands vins. Un terroir d’une grande typicité, qualité et diversité qui est à lui seul capable de répondre à tous les profils de consommateurs » conclut-t-elle.

Article précédentSaint-Georges-d’Orques : des vins renommés depuis le Moyen-Âge
Article suivantUn nouveau nom et de nouvelles ambitions pour la cave de Florensac

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici