5 bonnes raisons de boire du vin… rouge !

5 bonnes raisons de boire du vin rouge : le French Paradox
Les bienfaits du vin font l’objet d’âpres débats depuis longtemps, et sont au centre de nombreuses études scientifiques.

Les bienfaits du vin font l’objet d’âpres débats depuis longtemps, et sont au centre de nombreuses études scientifiques. Découverte de cinq d’entre eux…

Bon pour la mémoire

D’après une étude réalisée au Département de médecine cellulaire et moléculaire de l’Institut de médecine du Texas, le vin rouge et notamment le resvératol serait capable de protéger certaines cellules du cerveau responsables des pertes de mémoire notamment.  
Il s’agit d’un polyphénol que l’on retrouve dans la peau et les pépins du raisin présent dans le vin rouge. Cette substance protégerait ainsi l’ADN des dommages causés par le vieillissement des cellules et pourrait prévenir certaines pathologies neurologiques comme la maladie d’Alzheimer.  
Des travaux britanniques conduits à l’université de Leeds ont en effet prouvé que le resvératol perturbait une étape clé de la dégénérescence cérébrale, à savoir la fixation d’amas de protéines amyloïdes à la surface des cellules nerveuses, cause principale de leurs dysfonctionnements.

Bon pour les défenses immunitaires

Autre avantage et non des moindres, selon les chercheurs de l’Institut Skaggs de chimie biologique de Californie, l’enzyme TyRs présente dans le resvératol permet de déclencher et même de désactiver le système de réponse cellulaire au stress oxydatif. Autrement dit, il permet de réduire nettement les effets du stress tout en renforçant les défenses immunitaires. Le resvératol du vin aurait par ailleurs un potentiel antioxydant mille fois plus puissant que la vitamine E (qui renforce le système immunitaire).

Bon pour les intestins

Selon une étude menée par des scientifiques du King’s College de Londres, parue en août dernier, le vin rouge aurait des effets positifs sur la flore intestinale en favorisant la diversification des bonnes bactéries dans le microbiote intestinal.
Pour les chercheurs, ces résultats s’expliqueraient par la richesse du vin rouge en polyphénols. Également présents dans les fruits et légumes, ils possèdent notamment des vertus antioxydantes, qui protégeraient de nombreuses maladies comme le cancer et les maladies cardiaques, en servant de carburant aux bactéries utiles présentes dans notre organisme.

Bon pour le cœur

Boire un verre de vin régulièrement lors des repas pourrait avoir un effet favorable sur la santé du cœur.
Malgré une alimentation riche en graisses saturées, les Français ont moins de maladies coronariennes que leurs voisins des pays nordiques ou des États-Unis. C’est le fameux « French paradox ».
Les polyphénols du raisin et l’alcool issu de la fermentation confèrent au vin des vertus intéressantes, en particulier pour le système cardiovasculaire.
Des chercheurs de l’Université de l’Etat de Louisiane aux États-Unis cherchent d’ailleurs à mettre au point un traitement des maladies cardiovasculaires à partir des antioxydants présents dans le vin rouge !

Bon pour la circulation

Une équipe de l’université d’Angers a également montré en 2011 que la delphinidine, un pigment qui donne sa couleur caractéristique aux raisins noirs, incite les cellules de la paroi interne des artères à fabriquer du monoxyde d’azote. Ce gaz étant vasodilatateur, le sang circule donc dans des vaisseaux plus larges, d’où une diminution logique du risque d’hypertension.
Dans leurs publications, les auteurs attirent néanmoins l’attention sur le fait qu’il n’est pas nécessaire de boire du vin quotidiennement pour bénéficier de ses bienfaits. Une consommation à raison de deux fois par semaine serait en effet largement suffisante pour observer un effet sur la santé…

Le saviez-vous ?
Le vin rouge, obtenu à partir de la fermentation de raisins noirs entiers (peau et pépins inclus) renferme 107 mg de polyphénols (voir dico) pour 100 ml en moyenne, soit dix fois plus que le vin blanc, le champagne ou le vin rosé. À ce titre, il est incontestablement le plus bénéfique pour notre santé.
Rien d’étonnant à cela, les vins rouges résultent d’une fermentation avec «macération» de 11 à 13 jours en moyenne. Ce contact prolongé entre le marc (pépins, pellicules et pulpe) et le jus de raisin favorise une «extraction» optimale des polyphénols et donc, leurs concentrations maximales dans le vin rouge.
Toutefois, les bénéfices probables d’une consommation modérée d’alcool ne seraient pas exclusifs au vin rouge. Le tyrosol, l’hydroxytyrosol et mes polyphénols contenus dans le vin blanc, ainsi que ses composés antioxydants auraient eux aussi des effets cardioprotecteurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici