Des rosés de toutes les couleurs !

Des vins rosés de toutes les couleurs
Des vins rosés de toutes les couleurs

Le rosé, boisson phare de l’été, possède une palette de teintes beaucoup plus variées que les blancs et les rouges. Les experts dénombrent en tout 9 nuances : groseille, framboise, bois de rose, marbre rose, chair, saumon, pelure d’oignon, brique et corail. Les premières tirent vers les rouges, les autres désignent des robes pâles allant parfois vers le blanc, voire le diaphane.

Mais comment obtient-on ces différentes nuances ?

La couleur des vins rosés est due aux pigments contenus dans la pellicule des baies de raisins noirs. Elle est plus claire que celle des vins rouges, parce que la peau des raisins reste moins longtemps en contact avec le moût. Elle est plus ou moins foncée selon la technique utilisée :

  • Les vins rosés de pressurage direct
    Cette méthode consiste à presser les raisins noirs directement après les vendanges, de manière à ce que le jus obtenu, de couleur claire, ne s’imprègne pas trop des pigments de la peau, ce qui explique la couleur pâle d’un « rosé de presse ». On place ensuite le jus en fermentation pendant dix à quatorze jours, afin que le rosé s’alcoolise avant la mise en bouteille.
  • Les vins rosés de saignée
    La cuve est remplie de raisins comme pour une vinification en rouge classique. On procède alors à la macération. Celle-ci est d’une durée variable, en fonction de la couleur désirée (de 12 à 24 heures). Après quoi, une certaine proportion de jus est écoulée par le bas de la cuve (d’où le nom de saignée) et fermentera séparément pour donner un vin rosé.

A savoir : les vins rosés de saignée ont une couleur plus soutenue et sont plus tanniques que les vins de pressurage direct.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici