Les vins de Saint-Drézéry font rayonner le Languedoc

Le vignoble de Saint-Drézéry

Terroir fondateur des Coteaux du Languedoc, la dénomination Saint-Drézéry vise désormais la reconnaissance en cru communal. Présentation…

Zone d’appellation

Le Saint-Drézéry est un vin rouge produit sur la commune du même nom, située à 15 km au nord-est de Montpellier et à la limite avec le Gard. L’aire de production, limitée à la seule commune, se trouve au sein de l’AOC Grès de Montpellier. « En 2012, nous avons fait une demande d’élargissement de l’ère d’appellation auprès de l’INAO, car nous sommes plusieurs vignerons à posséder des parcelles à cheval sur les communes de Sussargues et de Castries. Nous nous sommes donc rapprochés du Syndicat de l’AOC Languedoc pour diligenter une étude pédologique, sur les sols. Celle-ci a effectivement démontré qu’il y avait une continuité de la poche géologique sur les trois communes. Les vins issus de parcelles adjacentes ne dénatureraient donc aucunement les vins estampillés Saint-Drézéry » souligne Jean Lacauste, président du syndicat de défense des vins de Saint-Drézéry et propriétaire du Mas d’Arcaÿ.

Un terroir privilégié

Le vignoble de Saint-Drézéry, qui s’étend entre 50 et 150 mètres d’altitude, est situé dans une zone de coteaux entre la plaine du littoral et les premiers reliefs des Cévennes et du Pic Saint-Loup. Le climat maritime est ici marqué par une pluviométrie sensiblement plus faible que la moyenne des autres secteurs de l’AOC Languedoc et des nuits relativement fraîches.  « Contrairement à l’arrière-pays et au littoral, les épisodes pluvieux sont rares : les pluies sont arrêtées par les sommets voisins ou se focalisent sur le bord de mer. L’été est particulièrement sec voire aride avec seulement quelques orages en août. Heureusement, la proximité de la mer favorise l’installation de la brise marine qui tempère un peu les excès thermiques » précise Jean Lacauste.

La naissance d’une marque

Ces conditions climatiques favorisent une belle maturation, coloration et expression des arômes. Les vins de Saint-Drézéry sont d’ailleurs réputés pour leur qualité et leur capacité de garde. « Cela s’explique notamment par la géologie. Les galets roulés sont une des caractéristiques majeures de la dénomination. Ils sont réputés pour leur forte réverbération de la chaleur, qui favorise la maturité et la sucrosité des raisins. Or, plus de sucre signifie plus d’alcool mais également davantage d’extraction, de couleurs, d’arômes, de structure et donc une meilleure tenue à l’oxydation et au vieillissement ». Une qualité particulièrement recherchée dès le 18ème siècle, époque où les échanges commerciaux se faisaient en grande partie par bateau. « Les vins de Saint-Drézéry, qui pouvaient prendre la mer longtemps, sans risque d’altération, ont été très tôt exportés dans toute l’Europe » raconte Jean Lacauste.

Seuls deux autres territoires étaient reconnus pour disposer des mêmes caractéristiques : les vins de Saint-Christol et de Saint-Georges d’Orques. « Très recherchés au-delà de nos frontières, ces trois vins souffraient de contrefaçon. Pour y faire face, les vignerons de ces villages ont obtenu des Etats du Languedoc l’autorisation de forger une marque, pour distinguer les vins de leurs crus de tout autre vin étranger. Cette marque au feu était apposée sur toutes les barriques ». Ainsi est née la marque Saint-Drézéry, ornée d’une fleur de lys, qui deviendra le signe distinctif de l’appellation.

Une marque qui fait rayonner le Languedoc

La marque Saint-Drézéry a largement contribué à la réputation des vins du Languedoc. Elle est d’ailleurs l’une des plus anciennes appellations du Languedoc-Roussillon, comme l’explique le président du syndicat de défense des vins de Saint-Drézéry : « La création du Syndicat de Défense des Vins de Saint-Drézéry voit le jour en 1945 et en 1951, les vins de Saint-Drézéry obtiennent la mention Vin Délimité de Qualité Supérieure (VDQS) ».

Fort de son statut et de sa notoriété, le syndicat de Défense des Vins de Saint-Drézéry joue en 1960 un rôle essentiel en participant, avec treize autres VDQS, à la création des célèbres « Coteaux-du-Languedoc ». Ceux-ci deviendront « AOC Languedoc » en 2007. L’appellation régionale reconnaît aujourd’hui 13 dénominations géographiques, dont celle de Saint-Drézéry.

En route pour le cru communal

Convaincu de son potentiel, les vignerons et acteurs de la dénomination Saint-Drézéry visent désormais la reconnaissance en cru communal. « Tant que l’appellation des Grès de Montpellier, dont fait partie Saint-Drézéry, ne sera pas officiellement reconnue et établie, nous ne pourrons pas obtenir cette reconnaissance de cru. Mais vraisemblablement les choses avancent plutôt bien. Le dossier d’accession à l’appellation cru communale devrait donc être déposé en 2020…» révèle Jean Lacauste.

Profils des vins

Les vins rouges de Saint-Drézéry sont issus de trois cépages : grenache, mourvèdre et syrah, complétés accessoirement par le carignan, le cinsault, la counoise et le morrastel. L’ensemble des cépages principaux doit représenter au moins 70 % de la surface revendiquée. Un assemblage d’au moins deux cépages principaux est obligatoire. Les vins doivent par ailleurs subir au minimum un an d’élevage avant leur commercialisation. Les rouges peuvent présenter aussi bien des arômes où dominent les fruits rouges et les épices douces que des arômes plus complexes marqués par la garrigue, les notes de cuir et les fruits mûrs. « L’élevage en barrique apporte également des notes grillées et vanillées. Au final, nous avons des vins complexes, très aromatiques et d’une grande fraîcheur » conclut Jean Lacauste.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici