Pic Saint-Loup : une appellation singulière

Les vignes du Pic Saint-Loup
Les vignes du Pic Saint-Loup — Photo Régis Domergue © Syndicat AOP Pic Saint-Loup

Dominée par le Pic Saint-Loup et le Causse de l’Hortus, l’appellation Pic Saint-Loup, fait partie des plus belles pépites du Languedoc. Depuis une trentaine d’années, ses vins contribuent à la réputation des terroirs languedociens. Présentation…

Un terroir préservé par la garrigue

L’aire de l’appellation Pic Saint-Loup s’étend sur 17 communes, à une trentaine de kilomètres du littoral méditerranéen. « L’aire de l’appellation commence au sud, à la porte des faubourgs de Montpellier, et rejoint au nord la limite du Gard et de l’Hérault, sur les premiers contreforts des Cévennes » précise Sophie Landreau, responsable du syndicat de l’appellation Pic Saint-Loup.
Le vignoble du Pic Saint-Loup a pour particularité d’être complémentent intégré dans la nature et dans la garrigue. « Le terroir est ici encore préservé. Les vins bénéficient également de cet environnement sauvage et se traduisent par une palette d’arômes typique de thym, de romarin, de laurier ou encore de cade… » souligne Sophie Landreau.

La naissance d’une « Appellation »
Pic Saint-Loup accède au rang des “VDQS”, en 1955, qui devient VDQS  Coteaux du Languedoc en 1966, puis AOC Coteaux du Languedoc en 1985. Les énergies, les réflexions et les expertises convergent alors autour du but commun de créer une grande Appellation “Pic Saint-Loup”. Une première étape est franchie en 1994, quand Pic Saint-Loup est reconnue dénomination de l’AOC Coteaux du Languedoc, avec la mise en place d’un cahier des charges spécifiques décrivant les conditions de production propres aux vins du Pic Saint-Loup. Dès 2001, les vignerons du Pic Saint-Loup travaillent à la reconnaissance de leur propre AOC, qu’ils obtiennent le 31 janvier 2017.

Des sols drainants et profonds

Dominé par les falaises calcaires du Pic Saint-Loup et de l’Hortus, le vignoble de l’appellation plonge ses racines dans une palette de sols extrêmement variés. « Ici le calcaire domine, sous toutes ses formes. C’est le marqueur principal de notre terroir, mais on trouve également des conglomérats, des dolomies, des éboulis, ou encore des marnes et des alluvions déposés par la Méditerranée voilà 90 millions d’années » explique Sophie Landreau.
Particulièrement drainants et profonds, ces sols assurent un apport en eau régulier dont la vigne à besoin quelle que soit la saison. « L’autre particularité de ces sols est d’apporter au vin une grande fraîcheur » ajoute la responsable du syndicat.

Un climat singulier

Outre sa particularité géologique, le terroir du Pic Saint-Loup se caractérise par une véritable singularité climatique, remarque Sophie Landreau. « Le nord du vignoble est sous influence du climat continental, venu des contreforts cévenols. Tandis que plus au sud, le climat méditerranéen prédomine, porté par la proximité du littoral ». Cette association climatique apporte une grande fraîcheur mais également des pluies salutaires qui assure le besoin en eau nécessaire aux sols en saison estivale. « Avec une moyenne de 1000 millimètres de pluie par an, le terroir du Pic Saint-Loup est le plus arrosé du Languedoc. Ses températures et en particulier ses amplitudes thermiques sont également très caractérisées. Fortement contrastées entre le jour et la nuit, celles-ci favorisent une maturation optimale des raisins » observe-t-elle.
Grâce à son relief, le terroir est par ailleurs préservé des forts coups de vent, mais il bénéficie du Mistral et de la Tramontane qui apportent un air frais et sec, bénéfique au vignoble et le protège des avancées du “marin” humide, souvent facteur de maladies

Des vins aux profils caractéristiques

Les vins de l’appellation Pic Saint-Loup sont issus des cépages typiques du Languedoc : syrah, grenache, mourvèdre. « Il y a toutefois dans les vins de l’appellation une dominante de syrah, qui doit être présente au moins à 50% dans les assemblages. Cette prédominance apporte une palette aromatique mentholée, soulignée par les épices et les fruits rouges » remarque Sophie Landreau.
La syrah, combinée au côté racé du mourvèdre ainsi qu’à la rondeur du grenache, dessinent des vins puissants et élégants. « Ce sont des vins qui ont un véritable potentiel de garde et qui conservent au fil du temps une belle fraîcheur » ajoute la responsable du syndicat.

Des vignerons soucieux de l’environnement

Particulièrement attentifs à la qualité de leurs vins, les vignerons de l’appellation Pic Saint-Loup ont également le souci de la valorisation de la richesse de leur territoire. « Les domaines sont nombreux à choisir l’agriculture biologique, voire la biodynamie, et tous les vignerons de l’appellation travaillent de façon raisonnée et respectueuse de cet environnement préservé qui leur est cher. C’est d’autant plus le cas avec les nouvelles générations et les nouveaux vignerons récemment installés sur le vignoble » observe Sophie Landreau.

Une appellation tournée vers l’œnotourisme

Les vignerons, fiers de leur métier, de leurs paysages et de leurs vins ont eu l’idée d’inviter le public à découvrir leur terroir autrement. « En 1999, quelques vignerons ont souhaité proposer aux touristes un parcours ponctué de haltes gourmandes et de dégustation de leurs vins. C’est ainsi qu’est né l’événement « Les Vignes Buissonnières en Pic Saint-Loup ». Aujourd’hui, ce concept de balade vigneronne s’est étendu dans tout le Languedoc, voire au-delà, et nous en sommes très fiers » conclut Sophie Landreau.

La 10e édition des vignes buissonnières se tiendra cette année les 8 et 9 juin. Cet événement est devenu au fil du temps le rendez-vous incontournable pour les amateurs de bons vins et de mets fins.  « Cette année encore nous attendons plus de 3 200 personnes sur les deux jours du week-end » se réjouit Sophie Landreau.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici