Vendanges 2019 : baisse de production jusqu’à 30% dans l’Hérault

Jérôme Despey, Président de la Chambre d’agriculture de l’Hérault
Entretien avec Jérôme Despey, Président de la Chambre d’agriculture de l’Hérault.

La production de vin est attendue en baisse cette année de 15 à 30 % par rapport au millésime 2018, en raison notamment de la canicule. Explication avec Jérôme Despey, président de la chambre d’agriculture de l’Hérault.

Quelles ont été les effets de la canicule sur le vignoble héraultais ?

L’épisode extraordinaire de canicule qui a sévi le 28 juin dernier, combiné à une sécheresse inédite au mois de juillet, a provoqué de nombreux dégâts dans les vignobles de l’Hérault. Certaines parcelles de vignes ont complètement grillé sous le soleil, avec des pertes estimées de 20 à 80% par endroits. En tout, ce sont 10 000 hectares qui ont été impactés, avec des pertes plus conséquentes du centre du département à l’est, en passant par la Vallée de l’Hérault. Là, les températures ont été enregistrées au-delà de 42°C. L’ouest du département semble quant à lui moins impacté, mais c’est relatif…

Quelle est le premier bilan en termes de production, dans l’Hérault

A quelques semaines des vendanges (propos recueillis le 19/08/2019), l’état des raisins est très préoccupant. Il y aura indéniablement des conséquences sur le potentiel de production avec un baisse attendue de l’ordre de 15 à 30% en moyenne. La récolte 2019 pourrait ainsi être l’une des plus basses de ces cinq dernières années, après le millésime 2017, déjà le plus faible jamais enregistré depuis 1945.Toutefois, dans l’Hérault on a encore du mal à estimer la récolte face à cette situation sans précédent. L’inventaire des vignobles brûlés par les fortes chaleurs se poursuit, avec un recensement à ce jour de plus de 950 viticulteurs impactés. Les chiffres seront affinés au fur et à mesure des entrées de raisin en cave. On pourra alors mesurer de manière plus précise la perte de production.

Cette sécheresse sans précédent a-t-elle des répercussions sur le déroulement des vendanges ?

Paradoxalement, cette année est moins précoce que 2018. L’épisode de canicule suivi d’une importante sécheresse a en effet retardé la maturité du vignoble. La vigne s’est auto-protégée au niveau racinaire et a complètement cessé de se développer durant 10 à 15 jours.  Le gros des vendanges, pour les vins rouges, devrait donc démarrer début septembre au plus tard dans l’Hérault.  Certains cépages blancs, comme le chardonnay, ont déjà été récoltés avec une production annoncée à 7 tonnes par hectare contre 11 tonnes par hectare, pour une année normale. Il va donc y a voir un réel manque à gagner.

Quels sont justement les moyens mis en place par la chambre d’Agriculture pour pallier les problèmes économiques que risquent de rencontrer les viticulteurs ?

La chambre d’agriculture a d’ores et déjà demandé le déclenchement du régime des calamités agricoles, ainsi qu’un dégrèvement de la taxe sur le foncier non bâti. Nous avons également sollicité une prise en charge des cotisations sociales afin de faciliter la trésorerie. Nous sommes également en négociation avec les organismes bancaires pour que soit mis en place une année d’exonération de crédit ou “année blanche”. Enfin, nous encourageons la souscription à l’assurance, car très peu de viticulteurs sont assurés, alors que la perte de récolte peut être indemnisée. Mais il faut reconnaître que le taux de franchise de 25% des assurances n’est pas adapté.

Au 1er juillet, la réserve en eau des sols était déficitaire par rapport à la moyenne sur 30 ans, dans le bassin héraultais. Comment répondre à cette pénurie, véritable enjeu de la viticulture  ?

Il y a dans le département une volonté de développer les réseaux d’irrigation, que ce soit en renforçant les réseaux existants, ou en travaillant de manière conjointe avec les collectivités locales sur le sujet du traitement des eaux usées, comme c’est le cas dans l’Aude. Il faut également, avec le soutien du gouvernement, que l’on se penche sur le cas des retenues collinaires. Il faut en effet à tout prix pouvoir stocker l’eau qui tombe en quantité pendant la saison automnale, lors des fameux épisodes cévenols. Ce sont des milliards de mètres cubes d’eau qui partent à la Méditerranée parce qu’il n’y a aucun bassin de rétention. Il faut donc aller plus vite dans les aspects réglementaires et dans la réalisation de ces retenues collinaires.

Qu’est-il prévu par ailleurs dans les prochaines années, pour faciliter l’accès à l’eau ?

Aujourd’hui, les viticulteurs qui ont accès à l’eau sont minoritaires. Seuls 15 à 18% des 80 000 hectares du département sont en effet irrigables. A l’échelle nationale, c’est à peine 10%. Il faut donc combiner plusieurs solutions pour permettre aux territoires de préserver leurs cultures. Il y a donc des réflexions à mener sur les eaux usées mais également sur les cépages résistants. Il est d’ailleurs essentiel de pouvoir avancer rapidement sur ce sujet, qui permettrait notamment à la vigne de mieux s’adapter au stress hydrique.

Avez-vous le sentiment qu’aujourd’hui il soit nécessaire de repenser le modèle de viticulture ?

Il est indéniable qu’aujourd’hui les phénomènes de sécheresse sont récurrents et vont encore se multiplier dans les prochaines années. Les météorologues et les scientifiques nous démontrent bien que le changement climatique est une réalité.
Ne pas l’admettre, c’est se couper des opportunités de réflexions face aux évolutions nécessaires du vignoble. Il faut donc s’adapter à ces évolutions de changements climatiques, en prenant pourquoi pas, exemple sur les vignobles d’Australie, de Grèce ou de Californie, qui sont exposés à la sécheresse depuis de nombreuses années et qui ont su s’adapter.

Ces changements impliquent-ils également que la chambre d’agriculture repense ses outils et méthodes de travail ?

Aujourd’hui, il est en effet nécessaire de faire évoluer nos propres méthodes. Au mois de décembre dernier, nous avons ainsi repris le projet agricole départemental, pour y inscrire le volet changement climatique. Nous nous attelons dès à présent, en lien avec Supagro et l’INRA, à développer cette thématique, dans le but d’essayer demain de mieux conseiller les pratiques culturales. En effet, le rôle de la chambre d’agriculture est d’apporter des conseils dans l’accompagnement des agriculteurs face aux nouvelles réalités et évolutions de la société, C’est donc à nous d’aller plus vite et de mobiliser le monde de la recherche. Il faut désormais que l’on prenne une véritable dimension d’acteur de l’environnement.

Si certains viticulteurs du Languedoc ont déjà commencé à vendanger, notamment dans l’Aude, dans la majorité des cas les premières récoltes devraient s’échelonner jusqu’au début du mois de septembre.
L’institut coopératif du vin estime le retard phénologique à 7 à 10 jours de retard par rapport à 2018 (relevés effectués le 6 août dernier), contre 14 jours par rapport à 2017. C’est l’un des plus tardif depuis 2013. La surface foliaire est sensiblement réduite et l’ICV note également que les baies sont de petite taille : 18 % moins grandes que celles de 2018 et 28 % que celles de 2017. L’Institut relève également un manque de jus à la dégustation.
A noter toutefois un état sanitaire très satisfaisant dans l’ensemble avec l’absence de mildiou et peu de problèmes d’oïdium. « Le peu qui devrait être vendangé, devrait donc être plutôt de bonne qualité » remarque Jérôme Despey, président de la chambre d’agriculture de l’Hérault.
Sources : Vitisphère – ICV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici