Vin élevé en mer : une différence à la dégustation ?

Des bouteilles de vin élevé en mer

“J’ai été convié par Laurent Maynadier (voir article ci dessus) à assister à une remontée de bouteilles immergées, suivie d’une dégustation comparative. Le but étant de comparer deux cuvées similaires, l’une entreposée directement dans la cave du vigneron, l’autre élevée en mer. Or, il faut reconnaître que j’ai été assez surpris par ce passage dans l’eau.
Déjà,  les bouteilles sont ressorties incrustées de coquillages, suggérant une sorte de trésor enfoui.  Elles ont par ailleurs bien supporté l’immersion, il n’y a pas eu d’échange à travers le bouchon et le vin est resté intact. A la dégustation, la structure du vin, un Corbière blanc, était la même mais ce n’était plus le même style ni la même identité. On reconnaissait l’air de famille, mais le vin plongé dans l’eau avait une personnalité différente. Il avait vieilli prématurément et proposait des notes plus complexes d’évolution. On retrouvait des arômes de noisettes, de fruits secs. Il avait peut-être un peu perdu en fraîcheur, mais gagné en complexité.
Ces changements notables s’expliquent évidemment par le roulis de l’eau, mais également par les variations de la température ainsi que par la pression de l’eau. Toutefois, je ne pourrais pas dire que le vin était meilleur. Il était simplement différent. Outre le fait d’avoir un impact sur le vin, cette technique est également un moyen pour le vigneron de raconter son histoire et celle de son terroir. En effet le consommateur aime qu’on lui raconte une histoire. Il appréciera le vin avec d’autant plus d’intérêt ».

Philipe Nusswitz, président de l’association régionale des sommeliers

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici