Les vins IGP reflètent la diversité des paysages du Languedoc

IGP Vallée du Paradis, vin du Languedoc

Le Languedoc est une destination aux mille facettes. Là, des vallées escarpées où serpentent fleuves et rivières. Plus loin, les premiers reliefs de la Montagne Noire et du Mont Caroux, ponctués de forêts et de garrigues  odorantes. La vigne elle-même s’inscrit dans ces paysages magnifiques et les vins IGP “Espaces Naturels” en sont le reflet…

Le Languedoc compte 16 IGP de territoire donc 6 sont classées dans la catégorie “Espaces naturels” : IGP Cévennes, IGP Côtes de Thau, IGP Haute Vallée de l’Aude, IGP Haute Vallée de l’Orb, IGP Vallée du Paradis, IGP Vallée du Torgan.

IGP Cévennes

IGP Cévennes, vin du Languedoc

L’IGP Cévennes se situe dans le département du Gard. Elle tire son nom du massif des Cévennes, dernier contrefort montagneux du sud du Massif Central. Par leur rudesse et leur diversité de sols, les Cévennes ont conduit l’homme à adapter les productions agricoles. C’est ainsi que la vigne côtoie vergers, oliviers et châtaigniers. Majoritairement cultivé sur des terroirs calcaires, le vignoble s’inscrit dans un paysage vallonné, façonné par des rivières aux crues redoutées. Le piémont cévenol est  en effet caractérisé par ses saisons très contrastées et ses épisodes pluvieux souvent violents aux équinoxes (épisodes Cévenols). Les vins, généralement caractérisés par un équilibre mariant élégance et fraîcheur, expriment bien l’originalité climatique du territoire. La vigne a ainsi une place toute particulière dans l’économie agricole et contribue, aux côtés des autres productions comme les oignons doux, les châtaignes et le Pélardon, à la renommée des produits des Cévennes. Ces productions et le développement de l’économie touristique, notamment autour du Parc national des Cévennes, assurent dorénavant un nouvel équilibre à cette région et contribuent au maintien de paysages étonnants façonnés par l’homme au cours des siècles.

IGP Côtes de Thau

IGP Côtes de Thau, vin du Languedoc

Terre de tradition viticole depuis l‘époque gallo-romaine, la zone géographique des Côtes de Thau forme un véritable amphithéâtre surplombé par l’ancien volcan d’Agde et plus loin par le mont St Clair de Sète. S’étendant sur 15 communes en bordure de l’étang, le vignoble offre un ensemble naturel et original entre mer, plages et garrigue. Ici, l’influence de l’étang de Thau, véritable mer intérieure de 20 kilomètres de long, est essentielle. Cet environnement aquatique atténue la rigueur du climat méditerranéen avec des températures douces particulièrement favorables à la maturation des cépages blancs. Ce territoire est aussi favorable à une grande richesse de la biodiversité : roselières, avocettes, canards, flamants roses. La géologie n’est pas en reste, le territoire abrite les derniers chaînons des volcans du Massif Central, ce qui explique ces murs de basalte qui font l’originalité de villages comme Marseillan ou la très belle plage noire du Cap d’Agde. Ici, le cépage historique demeure le terret, mais on en retrouve également d’autres à fort potentiel aromatique et qualitatif, tels que le chardonnay, le sauvignon ou encore le viognier. Quant au rosé, il est mis en avant durant la saison touristique avec un joli slogan “Le rosé qui fait des vagues”.

IGP Haute Vallée de l’Aude

IGP Haute Vallée de l’Aude, vin du Languedoc

Situées aux portes de Carcassonne, la zone de production de l’IGP Haute Vallée de l’Aude se présente comme un vaste cirque ovale autour de Limoux et longeant la vallée. C’est le fleuve Aude, qui traverse le vignoble et dont la source jaillit dans le massif pyrénéen, qui a donné son nom à l’IGP. Son parcours est tumultueux et dessine çà et là des gorges et des criques séduisant les amateurs de canoë ou de rafting. Blotti entre les premiers contreforts des Pyrénées et par les Corbières, le vignoble subit à la fois les influences du climat méditerranéen et celles de l’océan Atlantique. Le territoire est également souvent balayé par les vents d’ouest qui apporte une grande fraîcheur favorable à un bon état sanitaire des vignes. Cette originalité climatique combinée avec les différents types de sols (sables, graviers, argiles, limons et galets) explique la diversité des cépages, implantés, cultivés et vinifiés dans cette IGP. Toutefois, les vins blancs sont ici majoritaires et développent des niveaux d’expression aromatique, de fraîcheur et d’équilibre inégalés en zone méditerranéenne.  Ces profils de vins aujourd’hui très recherchés par le négoce local étaient déjà particulièrement réputés  au 12ème siècle !

IGP Haute Vallée de l’Orb

IGP Haute Vallée de l’Orb, vin du Languedoc

Protégée par l’Espinouse et le massif du Caroux, cette vallée encore sauvage s’étire jusqu’au village de Roquebrun, réputé pour ses orangers et son mimosa qui lui vaut  d’ailleurs d’être surnommé le “petit Nice” de l’Hérault. D’est en ouest, on passe ici d’un climat méditerranéen à des influences océaniques. Cette diversité associée à la rencontre de différents ensembles géologiques favorise la coexistence d’un nombre exceptionnel de variétés végétales. Le fleuve Orb forme là comme une immense virgule qui épouse le piémont, d’Avène à Saint Martin de l’Arçon. En été, les monts du Caroux et de l’Espinouse procurent fraîcheur points de vue remarquables pour les adeptes de randonnée. Les vignerons de la Haute Vallée de l’Orb ont su protéger ces paysages tout en développant la production de vins de grande expression aromatique. Commercialisés essentiellement en vente directe, les vins de la Haute vallée de l’Orb occupent une place privilégiée dans le développement économique des hauts cantons, notamment au travers de l’oenotourisme qui conduit les touristes, chaque année plus nombreux, à rencontrer les vignerons dans leur caveau et participer aux fêtes vigneronnes.

IGP Vallée du Paradis

IGP Vallée du Paradis, vin du Languedoc

La « Vallée du Paradis » est implantée au cœur du massif des Corbières. Elle est séparée de la mer méditerranée et des étangs de Leucate et Sigean par une chaîne de montagnes calcaires. Le vignoble, installé entre 150 et 300 m d’altitude, est essentiellement constitué de petites parcelles, pratiquement toujours en pente, et protégées par une épaisse garrigue. Cette région fut très tôt occupée par les hommes. Quelques commerçants grecs s’y aventurèrent mais ce sont les Romains qui furent les premiers à s’y intéresser. Non pour y planter de la vigne, qui prospérait dans la plaine narbonnaise, mais pour exploiter ses richesses minières en fer. C’est seulement  à la fin du XIXème siècle, avec l’ouverture de la vallée et la création d’un véritable réseau routier, que la vigne deviendra la culture principale. Aujourd’hui, les îlots viticoles rythment le paysage et lui donnent toute son identité ; le vigneron joue ici un rôle essentiel en matière d’aménagement, la vigne et les chemins d’accès s’inscrivant comme le meilleur élément de lutte contre les incendies qui chaque année menacent ce territoire sensible. C’est certainement cette synergie entre l’homme et la nature qui attire de plus en plus de touristes à la recherche d’une nature forte et conservée.

IGP Vallée du Torgan

IGP Vallée du Torgan, vin du Languedoc

L’IGP Vallée du Torgan est la plus petite dénomination de la région. Elle est implantée sur deux communes, Paziols et Tuchan, en plein cœur du massif des Corbières, au pied de la montagne du Tauch. Le vignoble doit son nom au ruisseau souvent calme mais parfois tumultueux qui prend sa source au pied de ce mont.  L’ensoleillement est ici très important compte tenu du souffle régulier de la Tramontane (jusqu’à 200 jours de vent par an). L’histoire géologique de cette zone a par ailleurs donné naissance à une très grande multiplicité de sols : schistes, les colluvions calcaires ou gréseuses au pied du Tauch, marnes et conglomérats de galets roulés sur les hauts de Paziols et l’est de Tuchan. L’encépagement de l’IGP y  est tout aussi varié avec principalement  le Carignan et le grenache noir, tous deux parfaitement adaptés à une forte réduction hydrique durant l’été et aux sols maigres et peu profonds des coteaux. Ce territoire, constitué d’une mosaïque de petites parcelles contribue fortement au maintien de milieux ouverts dans un paysage forestier, sensible aux incendies et  assure un rôle essentiel dans la conservation de la biodiversité. Jalonné de circuits conduisant aux châteaux dits cathares, la destination attire également un tourisme patrimonial.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici